Accessoires et autres Réalisations Réalisations Couture

Organiseur d’aiguilles de machine à coudre

C’est une réalisation postée sur Thread&Needles qui m’a interpellée : un organiseur d’aiguilles pour machine à coudre, réalisée à partir de ce tutoriel : Tuto : l’organiseur d’aiguilles par L’instant Campagne. J’ai profité de mon premier jour de vacances hier et d’une réunion entre copines pour le coudre (vidéoconférence bien sûr ! #RestezChezVous !).

Bon, le moins qu’on puisse dire c’est que cela n’a pas été ma meilleure cousette ! Je pense même qu’on pourrait la classer dans les pires…

Organiseur d’aiguilles machine à coudre

Côté « première fois / découverte », il y a eu la couture d’une bande velcro (bon, pas très difficile) et l’utilisation d’écritures brodées (à part le mot « Pain » sur mon sac à pain, je n’avais pas fait…).

Le côté « réunion entre copines » n’a probablement pas été étranger à l’accumulation de bêtises dignes d’un débutant : broderies par sur les bonnes lignes, lignes en trop…. Mais la conception même de l’organiseur et les étapes proposées n’ont pas dû aider : colonnes trop étroites ou poches du bas mal placées (les boites d’aiguilles ne rentrent pas dedans ! sauf les Schmetz petite boite).

Parmi les plus gros défauts, voilà ceux qui m’ont vraiment fait bondir :

Côté conception, j’ai suivi strictement le tuto : molleton thermocollant sur le tissu extérieur et sur le tissu intérieur ; broderies après pose du thermocollant. J’ai même fait la même finition extérieure : tissu contrastant avec passepoil.

À mon avis, les broderies après la pose du molleton thermocollant, c’est une erreur. Pas la couture des lignes, là, c’est indispensable, ça permet le maintien. Mais pour les écritures brodées, je pense qu’il faut le faire sur tissu libre, en tout premier. Et le passepoil sur le tissu contrastant extérieur, je trouve que ça ajoute une boursouflure pas esthétique.

Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas restée sur cette vilaine réalisation ! Et que j’ai remis l’ouvrage sur le métier dès ce matin !

Organiseur d’aiguilles version 2 !

Être dimanche et en confinement oblige à être inventif ! Ma première version avait fini mon reste de molleton thermocollant et bien entamé les chutes de tissus que j’avais envie d’utiliser : en particulier, plus de chutes de blanc ou écru uni, et mon tissu extérieur rouge n’était plus qu’en bande trop étroite.

Choix confinement compatible

Alors, à la place du molleton thermocollant, j’ai utilisé une chute de molleton sweat poils longs (modal rayonne de mon sweat Everest). J’ai entoilé le tissu extérieur pour compenser et rigidifier le tout.

Pour mes chutes de tissu extérieur pas assez larges, j’ai assemblé deux bandes pour former un morceau assez large et j’ai caché la couture d’assemblage par une bande de tissu contrastant et un ruban (mieux que le passepoil, ça ne fait pas boursouflure).

Je n’ai pas réutilisé le même tissu vert contrastant, me souvenant hier pourquoi je n’avais pas aimé le coudre. C’est une vraie plaie ! En plus, je n’avais plus de chute assez large, et là, je ne voulais pas d’un assemblage. J’ai donc pris un tissu contrastant plus facile.

Enfin, pour le tissu intérieur, obligatoirement clair et uni, il ne me restait plus qu’une seule chute avec les bonnes dimensions : le nid d’abeille de ma toute première couture (Premiers pas en couture), dont il me restait vraiment pile la bonne taille.

J’ai aussi modifié le dessin du quadrillage

Essentiellement, j’ai élargi les colonnes de 3 à 4 cm et j’ai déplacé la bande pochette sur la couture du bas, sans laisser de bande vide (en plus, c’est quand même plus facile à assembler puisque c’est pris dans la couture générale).

Et donc ? Organiseur d’aiguilles, version 2

Un peu plus de concentration et de réflexion pré-travail, ça aide bien ! Déjà, je n’ai pas fait les bêtises de couture…

Le sweat molleton, c’est super ! Plus confortable et même plus épais que deux épaisseurs que le molleton thermocollant. Je recommande ! En revanche, l’entoilage du tissu extérieur, c’était peut-être à éviter.

J’ai brodé toutes les écritures sur le tissu libre, c’est plus facile. Mais je n’ai encore pas laissé assez de marge entre la marge de couture et le début des mots (0,5 cm pourtant, mais on voit que ce n’est pas assez). C’est seulement ensuite que j’ai ajouté le molleton pour faire le quadrillage. Et j’ai sécurisé chacune des étapes de l’assemblage par des coutures de sécurité dans les marges de couture (en particulier l’assemblage molleton / tissu intérieur, avant de faire le quadrillage).

J’ai ajouté un morceau de ruban replié sur lui-même et cousu au point triple mais grande longueur, pour pouvoir y glisser mon aiguille à broder. La pointe est en effet trop grosse et trop ronde pour piquer le tissu. Avec une couture à longs points, l’aiguille glisse bien sous le ruban, tout en étant bien maintenue.

Les poches du bas sont plus larges, au moins les boites rentrent. Bon, pour le coup, les poches sont un peu trop larges, les boites ballottent un peu. Peut-être que j’aurai dû les faire moins larges, en mettant une bande décorative non utile de chaque côté.

Au final, j’ai pu ranger toutes mes aiguilles : sur la grille pour celles en cours d’utilisation, dans les pochettes pour les boites. Ce n’est pas plus encombrant que ma boite originelle (beaucoup moins épais, même si c’est plus en longueur, ça loge nickel dans ma boite à couture). Et j’ai enfin à portée de main mon aiguille à broder et deux aiguilles à coudre (je passais mon temps à aller en récupérer une dans ma boite à aiguilles).

Bref, j’adopte !

Envie de laisser un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.