Réalisations Réalisations Couture Vêtements

Robe Yselda, d’Artesane

Bon, certes, j’avance aussi lentement qu’une tortue, mais avec détermination ! Donc, après la jupe Ambrosia, de septembre, j’ai enfin fini la robe Yselda d’octobre, du livre Passez votre CAP couture avec Artesane.com.

J’ai opté pour un mixte entre le modèle de base (au niveau du patron) et de la variation 1 pour les finitions. Cela donne donc la robe de base avec surpiqures sur l’ensemble et fermeture de la goutte d’eau par un bouton et une bride.

Robe Yselda

La réalisation

Toile préalable

Comme pour la jupe Ambrosia, j’ai fait une toile.

D’abord parce que je restais persuadée que la robe serait trop courte (malgré que ce ne fut pas le cas pour Ambrosia au final). Ensuite parce que mon seul essai de robe avec découpes princesse était Matera d’Artesane, qui fut un échec. Pas tant sur la réalisation, que ma chef vérificatrice (ma maman quoi ^^) a validé, mais sur le résultat importable d’une robe 4 fois trop grande. Les quelques messages sur l’assemblage des parementures emmanchures sur les réseaux sociaux me rendaient prudente aussi… Dans tous les cas, faire une toile préalable, c’est un bon entrainement.

Bon, finalement, pas de difficulté pour assembler cette toile. J’ai trouvé ce modèle plutôt facile en fait, comparé aux plis parallèles d’Ambrosia (que j’avais pourtant réalisés plusieurs fois). Alors, disons que facile n’est peut-être pas le mot, mais en tout cas je n’ai pas eu de difficultés particulières ni à assembler ni à suivre la gamme de montage.

Assemblage et apprentissage

Quand j’ai commencé à travailler sur le livre Passez votre CAP avec Artesane.com, j’ai décidé de faire les modèles en suivant les contraintes du CAP (pleine vitesse, pas de pieds presseurs spéciaux, tissus découpés au pli…). Finalement, j’ai un peu assoupli ça : j’ai fait la toile d’Yselda en respectant à peu près ces contraintes, en revanche pour le modèle réel, non. J’ai décidé de profiter des bonus de ma machine : variateur de vitesse sur la machine en plus du régulateur de vitesse sur la pédale, décalage de l’aiguille (jusqu’à 3,5 mm) et pieds presseurs à ma disposition (en particulier mon chouchou, un pied presseur guide pour surpiqure).

Et puis, non, décidément, j’ai laissé tomber la découpe du tissu au pli : quand j’ai posé mes pièces de patron sur ma toile, j’ai pris peur en voyant toute la perte de tissu que ça occasionnait. Et vu le prix du tissu (oui, j’ai encore pris le tissu proposé : la toile ramie de Stragier), pas question de gaspiller ! Donc même pour la toile, j’ai découpé à plat.

Yselda en photos

La robe remonte un peu sur la droite en la regardant. J’espère juste que c’est le mannequin qui est un peu de travers.

Quelques infos pratiques

  • Fournitures et investissement financier : 50,73 €

  • Cout réel estimé : environ 40,00 €
  • Toile ramie – métrage réel nécessaire en taille 40, avec découpe à plat : 1,75 m → 29,56 €
    • Il me reste de quoi faire au moins une jupe, ou peut-être une petite veste type chinoise à col mao.
  • Fil Gütermann (la moité de la bobine ?) : 2,25 €
  • Fermeture invisible : 3,99 €
  • Thermocollant Vlieseline H200 (5,99 /m) – environ 30 cm ? → 1,80 €
  • 1 bouton de mon stock
  • Fournitures nécessaires au relevé du patron, tissu toile : 2 €

Je ne compte pas l’investissement dans le livre.

  • Temps de confection : outch… 4,5 jours
  • Relevé (et découpe) du patron initial : 1 après-midi complète
  • Confection de la toile : 1 journée + 2 bonnes heures de découpe du tissu
  • Nouveau relevé du patron, avec ajustements de longueur et d’évasement de la jupe : 1 nouvelle après-midi
  • Découpe du tissu : 3 heures
  • Confection de la version finale : 2 jours

Sachant que pour moi, 1 jour, c’est vraiment un jour : 8 bonnes heures de couture.

Clairement, ce qui me prend le plus de temps, c’est le relevé du patron et la découpe du tissu. Je suis à la fois très lente de base et très minutieuse (et donc très lente). Je suis donc très loin des 16 heures de l’examen, même si on enlève le relevé et découpage du patron.

Mais bon, si je suis honnête, ça ne me pose pas de problème. Et je dirais même que je n’ai pas spécialement envie d’accélérer la partie sur le patronage. Travailler vite, c’est bien, mais je préfère travailler avec précision et minutie. Bon, travailler vite et bien serait le top !

Alors, verdict sur la robe Yselda ?

J’adore ! C’est vraiment LE modèle pensé pour moi. La robe que j’aime, stylée comme j’aime avec les découpes princesses. Les mancherons et la goutte d’eau ajoutent deux détails qui donnent de la personnalité à la robe.

Des ajustements ?

Clairement, sans surprise, la robe Yselda est beaucoup trop courte pour ce que j’aime porter (et ce que je peux me permettre de porter). Et l’allonger n’est pas si facile que ça puisqu’elle part en évasement. On ne peut donc pas l’allonger indéfiniment, il faut forcément à un moment revenir à un tombé droit. Et comme le bas est en arrondi, ça occasionne du décalage si on allonge trop.

J’ai allongé de 5,50 cm (mais ça sera surement 6 la prochaine fois). Pour ça, j’ai prolongé les lignes d’évasement pour les découpes dos et devant, mais en revanche, je suis repartie en ligne perpendiculaire au sol à partir de la ligne de bas initial pour les deux lignes de côté. Pour ne pas être trop gênée par le décalage éventuel créé (en fait, franchement j’ai à peine eu 2 mm), j’ai ajouté des crans d’assemblage au niveau de la ligne d’ourlet initiale, dont j’étais sure.

Je pense que la ligne de taille du modèle n’est pas tout à fait à ma ligne de taille, mais ça je ne sais pas faire. Alors tant pis.

Les finitions

Surpiqures

Je reste une fan des finitions surpiquées, la robe Yselda n’échappe pas à la règle. ça donne vraiment un plus. Le faire avec un fil type broderie reste surement un bon choix, mais à condition de trouver le bon : soit vraiment ton sur ton, soit un contrastant mais mais pas claquant (et à mon avis, seulement une surpiqure, pas deux).

Finition passementerie

Avec ma maman, nous avons aussi regardé ce que cela donnerait avec une finition au galon sur les piqures (la variation 3 je crois ?). Là, clairement, ça dépend du tissu et du galon choisi.

Dans nos associations, on a eu des trucs vraiment horribles, d’autres assez sympas, et on a fini par trouver une association vraiment top avec ce tissu rouge rubis : un galon vert pistache à motif étoile (en fait, c’est un des rubans de mon stock rubans de Noël). Il faut donc vraiment chercher et – je pense – ne pas hésiter à amener la robe en magasin pour tester en vrai, pas juste avec le tissu.

Fermeture de la goutte d’eau

Côté fermeture de la goutte d’eau, je reste perplexe.

Si on regarde la gamme de montage, le bouton est clairement posé sur le bord de l’encolure et la bride part de l’autre bord (logique). Sauf que ça décale franchement le bouton en dehors de l’axe de symétrie de la robe. Bref, il n’est pas au milieu quoi, ni du cou / ligne d’épaule, ni de la goutte d’eau. C’est moche (j’ai testé !). Et en plus, on voit la bride au centre, là où se pose le regard.

J’ai donc posé mon bouton avec une bride lui aussi, pour qu’il soit bien au centre, dans le trous, entre les deux avancées de la goutte. Mais ma bride d’enserrage n’est pas très jolie (pourtant recommencée 3 fois). Et je pense en plus qu’elle ne va pas tenir.

Finalement je me demande si les agrafes simples ce n’est pas encore le mieux.

À refaire ?

Oui ! Clairement ! Elle sera refaite. Au moins une fois en variation 3 = zip au dos et poches invisibles. Et peut-être même une en finition passementerie pour une robe chic. Voire encore d’autres ensuite 😀 .

Par contre, je vais attendre d’avoir travaillé la robe Catalina qui est le modèle doublé. Catalina me plait moins (je ne suis pas sure d’être fan de la découpe carrée devant et je crois que ça ne va pas mettre ma poitrine en valeur), mais mars nous fera travailler la robe doublée. Je pense que la robe Yselda mérite d’être doublée.

Ah, et puis, pour finir, les prochaines versions ne seront pas en toile ramie (ou toile de lin). Je n’ai jamais aimé ça : ça froisse de peur, je ne trouve pas ça agréable au toucher et si la toile est un peu lâche, c’est transparent ! C’est très beau, c’est le seul point positif que je lui trouve.

Envie de laisser un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.