Kit Créatif “Solstice d’hiver”, d’Ithylia Créations ♦ Évasion en montagne

Ce kit créatif Solstice d’hiver – Ithylia Créations est l’un des plus beaux que j’ai utilisé : un combo argent / violine avec à partir de 3 papiers de la collection Christmas Jewel de KaiserCraft accompagnés de 4 papiers Bazzill Paper (blanc / gris perle / parme / violet). Cela donne un thème hivernal mais très punch. La construction proposée pour ce album était un assemblage de pages simples (avec seulement un rabat sur certaines) accompagné d’une cascade à déplier plus ludique sur la couverture arrière. Le tout est relié originellement par 2 anneaux indépendants. J’ai préféré une reliure à anneaux. Détail sympa, la couverture avant est une sorte de laine feutrée épaisse et rigide.

Kit Créatif Solstice d'hiver - Ithylia Créations

NB : La reliure – noire – sur les photos (et la vidéo) n’est pas la reliure définitive. J’attends des reliures argent…

Ce kit créatif était celui d’un atelier proposé par Céline.  Les papiers utilisés m’avaient tellement plu que je lui avait demandé de me réserver un kit.

Céline propose dans sa boutique d’autres kits créatifs (hélas pas celui-là, en tout cas à la date où j’écris ces lignes) : Kits créatifs Ithylia Boutique. Aucune hésitation à avoir, ils sont tous magnifiques. Chaque kit est complet, avec tout ce qui est nécessaire, de la construction de l’album à la décoration.

Le travail sur l’album

La construction

Le point technique de ce kit est la cascade à déplier à la fin de l’album. Rien de très compliqué, mais qui demande un peu d’attention et un brin de logique, ce dont j’ai un peu manqué. Les papiers de ma première cascade se sont retrouvés à l’envers, le côté texturé dessous (et donc invisible). Je l’ai donc recommencé, même si la cascade fonctionnait parfaitement.

Les autres pages sont pour moitié des pages simples, coupées toutes à la même taille (sauf la première et je n’ai pas bien compris le pourquoi de cette différence) et pour l’autre moitié des pages avec un rabat sur la droite, coupées avec une taille croissante. Céline indiquait simplement que ces pages sur papier uni servaient d’intercalaires et donc devaient être placées dans l’album par ordre croissant. À partir de cette instruction, j’ai fait le choix de l’alternance des couleurs et motifs : une petite page simple (papier uni), une page à rabat papier imprimé, une page à rabat uni.

La construction était donc très simple et a demandé peu de temps (4 heures pour tout, couvertures et pages).

La décoration

Côté décoration, j’ai teinté à la Distress Ink Dusty concord (sauf les plis, par choix, histoire de ne pas trop charger). J’ai tamponné avec de la Versafine Clair Morning mist (et parfois la Distress Dusty concord). Les tampons sont des tampons Docraft et Artemio. J’ai ajouté des découpes de flocons sur papier pailleté argent (fourni) avec le set matrices de découpe Flocons Alteration de Tim Holtz. Je me suis tenue à faire quelques tags de journaling, ainsi que quelques titres découpés à la Cameo (titres blancs sur matage papier pailleté argent). Et enfin, j’ai fabriqué de sortes de die-cuts à partir de dessins d’hiver au trait (les coloriages pour enfant) que j’ai rempli avec une image des papiers de la collection Christmas Jewel (fonction Texture sur Silhouette Studio).

Comme fil rouge tout au long des pages, j’ai utilisé du washi tape semi-transparent avec des motifs argent (Action) au niveau de la reliure.

La décoration a été longue. Entre la disposition des photos, la confection des titres, des tags, des die-cuts et la décoration habituelle, cela m’a pris 3 jours entiers.

Le rendu

Des photos de quelques unes des pages

Mais pas toutes 😉 . N’hésitez pas à cliquer sur les photos et faire apparaitre la légende de chacune (avec quelques explications).

Et en vidéo

Box Teknics “Automne”, d’Ithylia Créations ♦ Ma version

La Box Teknics Automne d’Ithylia Créations de novembre 2017 de l’abonnement Kit Teknics d’Ithylia Créations était vraiment de saison : un thème très automnal, pour un très bel album classeur. C’était un album originellement proposé en atelier, que Céline a ensuite retravaillé pour nous faire découvrir le travail des vernis : vernis coloré et vernis brillant, qu’on utilise souvent en gouttes / points parsemés deci-delà, mais qui peuvent aussi servir à recouvrir des embellissements pour leur donner une nouvelle finition.

Box Teknics Automne d’Ithylia Créations

Dans cette box, Céline nous propose aussi de découvrir la Fuse, de We R Memory Keepers, pour adapter des pochettes plastiques au contenu qu’on veut y mettre. Il est aussi possible de coudre à la machine pour ceux qui le souhaitent. Ou bien de ne pas mettre de page pochettes…

L’abonnement Kit Teknics, par Ithylia Créations.
Si vous avez envie de découvrir de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux, d’explorer autrement, ou simplement de pouvoir réaliser un objet complet sans avoir besoin d’ajouter autre chose, je vous le conseille sans réserve 🙂 .

Le contenu de la box

La réalisation finale est un album classeur, assez grand, avec des pages papier et des pages pochettes plastiques, et une couverture cartonnée épaisse.

Le thème automnal est donné par la tonalité des papiers : des Bazzils Yam (rouille), Krafts et blanc à pois (Salt) ; et des papiers imprimés de Simple Stories (Harvest lane) et Echo Park (I love family). Quelques embellissements complètent le thème (un ruban feuille, une épingle à chapeau “feuille”, une découpe du mot “Automne”…).

Pour découvrir les vernis, Céline glisse 2 flacons de 2 types de vernis : un vernis mat orange (Enamel accent, Ranger) et un vernis transparent brillant (Glossy accent, Ranger).

Et bien sûr, tout ce qui est nécessaire à la construction de l’album est fourni : les anneaux, du carton gris, les pochettes plastiques…

Mon interprétation et le travail sur l’album

Le travail sur les vernis

Les vernis ne m’étaient pas inconnus. Je n’avais jamais utilisé d’Enamel accent mais je possède plusieurs flacons de Crystal Drops Nuvo, et j’utilise aussi le Glossy accent depuis quasi le début. Mais il y a toujours des pistes nouvelles dans les propositions des Kits Teknics, que je me suis empressée de tester.

Dans l’album, je me suis tenue tout du long à mettre systématiquement des Enamel dots sur toutes les pages papier, et c’est vrai que j’adore ça. J’ai trouvé que c’était moins sympa sur les pages plastiques alors j’ai préféré mettre des points plutôt sur les étiquettes journaling glissées dans les pochettes. En revanche, j’ai eu plus de mal à utiliser le Glossy accent. Pas que je n’aime pas ça, au contraire, j’ai même tendance à en mettre partout. Mais sur cet album-là, ça ne m’a pas inspiré : en mettre sur les pages plastiques (ou dessous / à l’intérieur) ne m’a pas paru approprié (brillant du Glossy et brillant de la pochette… bof), et je n’ai pas trouvé où en mettre sur les pages papier. Pas inspirée, tout simplement. Mais je me suis quand même obligée à trouver où l’utiliser.

La construction des pages

Pour la Fuse, je ne suis pas du tout convaincue ! Je trouve le principe très sympa, en particulier de pouvoir personnaliser la taille et la forme des pochettes. J’ai testé sur plusieurs sortes de pochettes, ça donne un rendu très agréable à l’oeil. Mais ce n’est pas du tout solide, même quand la soudure semble avoir été faite correctement. Parfois la soudure se fait très bien, ça glisse tout seul, et parfois impossible de faire rouler la roulette à dents et de souder correctement.

J’ai beaucoup aimé le travail de pliage sur les pages papier, mais je trouve que c’est difficile à exploiter ensuite pour les photos. Et pas forcément très simple à consulter, regarder, apprécier. Bref, le travail est super sympa, mais je ne suis pas sure que cela soit au bénéfice des photos. C’est souvent le reproche que je fais aux constructions de pages trop complexes. On se fait plaisir à les construire, c’est beau esthétiquement, mais je trouve que cela ne met pas les photos en valeur, ou en tout cas en avant. Les photos disparaissent au profit des pochettes / rabats et autres cachettes. Cela peut être un parti pris intéressant, mais dans ces cas-là, il faut aller au bout de la démarche en mettant en avant les papiers / pliages / pochettes pour ensuite découvrir les photos (voir Album City Scape, par Ithylia Créations).

La décoration de l’intérieur

Céline proposait d’utiliser la Distress Ink Vintage photo pour vieillir les pages. Comme d’habitude, j’ai préféré la Tea Dye. Dans la version du tuto, les papiers couvrant les couvertures (avant / arrière, recto / verso) sont ajustés au bord du carton, laissant voir la tranche du carton. Toujours pas trop mon truc, j’ai préféré recouvrir de façon plus classique, avec un retour du papier sur le verso du carton. J’ai aussi ajouté du ruban, plein de rubans. C’est un peu ma marotte du moment : le ruban satin ^^. Bref, sur les conseils de Zabou (très judicieux conseil !), pour cacher une reliure qui craquait (oups, pas bien…), j’ai mis du ruban le long des deux arêtes, et pour le coup, j’en ai aussi mis tout au long de l’album sur les tags journaling (j’adore utiliser des oeillets métalliques sur mes tags) ou en déco et je m’en suis servie pour faire une “attache” des deux couvertures. Il suffit de faire varier les largeurs de ruban.

Le rendu

En photos

Des photos de quelques unes des pages.
N’hésitez pas à cliquer pour les afficher en grand et faire apparaitre leur légende.

Et en vidéo

Rangement de mes papiers scrap

Et si on parlait de la bête noire de tous les scrapeurs (ou couturiers, amateurs de pâtes polymères…) ? le rangement… et plus particulièrement le rangement des papiers scrap.

Mon espace de rangement est très réduit. Je partage la pièce avec ma moitié et Mini-Enge, et mon espace de scrap se partage avec mon espace de travail : je travaille où je scrape, ou je scrape où je travaille… Mon rangement est donc le plus optimisé et organisé possible, tout en essayant de rester agréable à l’oeil. Un vrai casse-tête quoi… Je passe un temps fou à reprendre mon organisation dès que j’ajoute un nouvel outil ou de nouveaux pads d’encre. Ces dernières semaines, j’ai revu tout mon rangement des papiers scrap : les papiers 30×30, mais aussi les papiers A4, les papiers 15×15 et les papiers A5. Avec comme trois fils rouges : pouvoir toujours garder ensemble les papiers neufs et leurs chutes, séparer au maximum types, grammages et couleurs de papiers et optimiser l’espace utilisé.

Pour les deux premiers fils rouges (papiers neufs et chutes gardés ensembles et séparation des papiers), j’ai opté pour des pochettes plastiques : une pochette par type / couleur / grammage. Et j’ai choisi ou fabriqué les pochettes selon le format des papiers et les boites de rangement.

Pour le troisième (optimisation de l’espace utilisé), j’ai écarté toutes les boites présentant des parois évasées, qui ont un écartement plus important en haut qu’en bas : quand on les accole les unes aux autres, on perd donc systématiquement l’espace entre les boites. Surtout que ce sont souvent ces mêmes boites qui ont un rebord (souvent pour clipper un couvercle, couvercle dont je n’ai pas besoin), ce qui amplifie la perte de place.

C’est adapté à mon espace, mais peut-être y trouverez-vous des idées, alors je vous embarque, en photos et en vidéos.

Le rangement des papiers 30×30

Je n’ai rien inventé, c’est Aurélie, sur FaceBook, qui nous a partagé son rangement, qu’elle tenait elle-même d’une scrapeuse youtubeuse. Merci à elles deux 🙂 .

L’idée ? Les pochettes sont des pochettes de rangement pour disques vinyls 33T, transparentes, très épaisses (150 µ) et exactement de la bonne taille (32,5 x 32,5 cm) – suffisante pour pouvoir ranger plusieurs feuilles dans une même pochette et même un kit d’un projet en cours. 150 µ, c’est impeccable pour la solidité, tout en restant assez souple pour être manipulable facilement.

On trouve ces pochettes en ligne, sur la boutique www.planetedisque.com, spécialisée en matériel pour disquaires et amateurs / collectionneurs de disques musicaux. Certes, c’est un petit budget à sortir : 17 € pour 100 pochettes, et pour ma part, les 100 pochettes ont été consommées dès la première séance de rangement, un deuxième paquet a été nécessaire. Avec les intercalaires et la boite de rangement, c’est un budget de 50 € juste pour les papiers 30×30, sans les frais de port.
À propos des frais de port : le premier palier est onéreux (10 €) mais ils sont dégressifs selon le montant d’achat, et en particulier, prendre un 2ème pack de pochette permet de passer le premier palier… Ou bien, pensez aux copines et proposez-leur de faire une commande commune afin de faire disparaitre les frais de port.

Pour les papiers unis Bazzill, j’ai étiqueté les pochettes avec le nom du papier, afin de pouvoir les distinguer et les retrouver plus facilement (je suis abonnée à une box dédiée Bazzill mensuelle, et je reçois chaque mois 6 nuances différentes, en 2 exemplaires chacune – la Box Bazzill d’Ithylia Créations, super pour se constituer un stock et découvrir toutes les collections).

Le rangement des papiers scrap A4

Pour les papiers A4, les boites de rangement sont des boites d’archivage / présentation des revues et magazines (attention, ces boites n’ont pas toutes les mêmes tailles dans le commerce, certaines sont trop petites pour être confortables à utiliser). Les pochettes sont des “pochettes à coins” transparentes, plus grandes que des pochettes documents A4 pour classeur. Cela permet de mettre plus de feuilles à l’intérieur. J’ai simplement scotché le côté ouvert. Mon premier rangement utilisait des enveloppes craft 24×32, mais avec le temps j’ai trouvé que cela s’abimait et le travail de préparation pour les rendre utilisable était important (il fallait les retailler en largeur et en hauteur, tout en laissant un angle ouvert pour la visibilité). De plus, les enveloppes craft c’est assez cher.

J’ai une boite par type de grammage : une pour les papiers à moins de 200g/m², une pour ceux au dessus de 200 g/m², et une troisième pour des vieux papiers récupérés.

Comme pour les papiers Bazzills, j’ai étiqueté les pochettes. Ce sont tous des papiers unis, essentiellement Pollen et Trophée (Clairefontaine) et Vivaldi (Canson).

Le rangement des papiers scrap 15×15 et A5

C’est celui qui m’a causé le plus de souci : pas facile de trouver LA boite qui convientt. Celle qui loge dans mes étagères, qui peut tenir l’ensemble des papiers et sans prendre trop de place. Tellement difficile que finalement je me suis décidée à la fabriquer. C’est encore la meilleure méthode pour avoir les dimensions exactes souhaitées.

Les pochettes aussi m’ont un peu tracassées. J’ai commencé par de simples pochettes A4 repliées. Mais ça finissait toujours par s’abimer (bon OK, ça m’agaçait aussi de prendre le temps de bien replier la pochette comme il faut à chaque fois que je devais prendre une chute de papier et de la scotcher pour qu’elle ne se déplie pas). J’ai essayé les enveloppes craft. Bof (pareil qu’au-dessus), les … sans rien, mais alors là vite bonjour le bazar.

Pour les papiers 15×15, j’ai donc opté pour la même solution que les papiers 30×30, avec cette fois-ci les pochettes pour 45T. Bon, c’est un peu grand (elles font 18,5 cm de côté, alors que 17 serait suffisant pour avoir de l’aisance), mais au moins je n’ai pas à tout retailler et scotcher (ou passer à la Fuse), c’est du travail en moins, pour des pochettes plus solides.

Et pour les papiers A5 (mes chouchous de chez Action), je me suis aussi prise en main : ce sont des pochettes A4, retaillées au bon format. Grâce au prêt très sympa d’une Fuse pour un autre projet, j’en ai profité cette semaine pour en plus toutes les souder, mais le Scotch c’est bien aussi.

Pas d’étiquetage pour ces papiers là : les papiers 15×15 sont tous des blocs / pads, donc j’ai la couverture ; et les papiers A5 sont exclusivement les Linen Cardstock Metalic.

Bloc-notes d’après le tuto d’Ithylia Créations

Mardi soir, Céline, d’Ithylia Créations se lançait à son premier tutoriel vidéo en direct : un bloc-notes façon Ithylia Créations, soit l’habillage d’un petit bloc-notes, accompagné d’une petite page surprise. J’étais aux premières loges, et j’ai d’abord réalisé une première version. Une de mes amies voulait suivre le tuto en direct, mais n’a pas pu, j’ai donc proposé une petite après-midi scrap. Et c’est avec Mini-Enge et deux amies que nous avons réalisé chacune une autre version du bloc-notes selon Ithylia Créations.

La première version de ce bloc-notes façon Ithylia Créations

Celui réalisé en direct mardi au cours de l’atelier :

Bloc-notes en photo

Bloc-notes façon Ithylia Créations

L’extérieur de l’habillage du bloc-notes. Mais… tout est caché : où est le bloc-notes ? et surtout, où est la page bonus ?

Bloc-notes en vidéo

Un très court extrait de la vidéo de Céline, avec juste mon bloc-notes.

Et la deuxième version

Faite cette fois-ci en différé, pour faire découvrir à deux amies une réalisation pas très compliquée.

Et après décoration

Avec un peu de décoration pour finaliser, cela donne :

Une jolie après-midi, très sympathique. De belles réalisations, pas trop difficiles, juste ce qu’il faut pour ne pas s’ennuyer, et un fini bluffant avec cette page coulissante qui révèle une photo en parallèle avec le bloc-notes.

Merci à Isa et Pascale d’être venues partager ce petit moment de détente, merci à Céline de s’être lancée à cet exercice difficile du tuto en direct.

Carterie ♦ Petite carte pour accompagner un courrier

J’avais envie de jouer avec des Distress Oxide et de découvrir la technique du masque pour tamponnage. J’ai donc mis à profit le besoin de faire une petite série de cartes courrier destinées à accompagner un envoi à quelques scrapeuses pour m’y frotter. Le tout en sortant un peu de ma zone de confort : un format non standard, celui de mon set de matrices de découpes rectangulaires ; en utilisant des duos de couleurs différents et surtout autres que mon fétiche bleu / vert.

Pour coller au thème de la carte (un courrier pour envoyer des entrées pour Version Scrap Paris 2018), et après avoir écarté un très joli tampon Boite aux lettres vintage de Carabelle Studio, car trop de détails à découper, Mini-Enge et moi avons porté notre choix sur un tampon enveloppe très simple mais efficace de chez Artemio et le message percutant et très approprié “Les filles aussi savent s’amuser” du set “Nos folles années”, création exclusive de Manuela Jamet pour Ithylia Créations.

Une contrainte tout de même : je voulais une carte simple, rapide à réaliser, avec une réalisation en série possible, car je voulais en sortir au moins 6.

Au bout de 2 heures, me voilà avec une série de 5 jolies cartes. Oui, 5, la sixième a résisté…

La réalisation

Techniques et assemblage

J’ai d’abord tamponné l’enveloppe sur un papier blanc (DCP 190g de Clairefontaine – pas vraiment adapté à la patouille, ce qui explique que la 6ème carte ai résisté un tantinet). Puis j’ai réalisé le même tamponnage sur du papier masque ;  je l’ai détouré puis positionné sur le tamponnage à conserver.

Le fond de carte est réalisé par application frottée à la mousse d’un duo de Distress Oxide, avec une brume d’eau et quelques gouttelettes à la fin. Puis j’ai ôté le masque du tampon.

J’ai ensuite coloré l’enveloppe aux feutres à alcool.

Le message a été tamponné à la Versafine noire, puis embossé avec de la poudre pailletée transparente Izinc. C’est décidément un combo que j’adore : Versafine + poudre transparente. Cela permet d’avoir toutes les couleurs d’embossage sans se ruiner et la Versafine a un fini très fin, que ne dénature pas cette poudre pailletée.

Pour finir, j’ai collé ce fond de carte sur une base de carte, toujours mon Linen Cardstock Metallic de chez Action (un des rares produits que j’aime et utilise, j’en aime peu mais lui je l’adore), et pour le petit détail de fin, j’ai ajouté un petit oeillet coloré métallisé.

Réalisation en vidéo de A à Z de la première carte

J’ai filmé la réalisation entière de la première carte, la rose et bleue, pour un temps réel de 30 min. Je vous embarque…

Petit-auto retour ?

J’ai beaucoup aimé la technique du masque sur tampon. Certes, cela m’a obligé à me rabattre sur un tampon plus simple que mon choix initial, mais cela donne vraiment l’impression que l’image appartient au fond de carte, le résultat est bluffant. Mieux que ce à quoi je m’attendais.

Pas facile de sortir de sa zone de confort, mais on est toujours d’autant plus satisfait de soi quand ça fonctionne. Je ne vais pas dire que j’adore tous les rendus, mais il n’y en a aucun que je n’aime pas. La douceur du rose et bleu turquoise de la première carte me parle beaucoup, c’est probablement ma préférée, alors que le combo rose / bleu n’est pas mon choix de prédilection. Même celles avec le orange, qui est une couleur que je n’aime pas beaucoup, ont leur charme.

Le petit point qui me gêne : je n’ai pas réussi à lier mes éléments entre eux, ça fait “posé côte à côte”. J’ai encore quelques jours pour réfléchir à ajouter un petit truc qui ferait le lien.