Réalisations,  Vêtements

Veste Armélia, Artesane

Alors oui, il y a comme une petite distorsion temporelle ! J’ai cousu cette veste Armelia, d’Artesane et Rêve à Soie il y a déjà quelques semaines. Pendant les vacances de Toussaint précisément. Mais je n’avais pas trouvé l’occasion de faire les photos. C’est enfin chose faite.

Donc, cette veste Armelia, c’est un des modèles d’apprentissage du livre « Passez votre CAP couture avec Artesane » de Christine Charles, celui du mois de février. Vous n’avez pas vu passer le modèle de janvier ici, le top raglan Ismérie, tout simplement parce que je n’en ai fait qu’une version d’apprentissage en toile, pendant une série de lives Twitch cet été.

Armélia, c’est une petite veste non doublée en lainage. Les accents de cette séquence d’apprentissage sont les finitions intérieures gansées et les différents montages d’une poignet de veste. On revoit aussi la pose d’un biais (vu avec la robe Yselda). C’est également le premier modèle avec un tissu épais, type lainage.

Ma veste Armelia, porté sur la chemise Adelise (modèle de décembre) et mon jean noir 201 de 1083.fr

La réalisation d’Armélia

Version choisie

J’ai travaillé la veste Armélia pendant les vacances d’été, en live Twitch, sur toile Ikea, en mêlant la version de base, un des deux poignets en fente avec sous-patte et ourlet en onglet (technique 2).

Pour la version finale, j’ai choisi simplement la version de base, avec bord passepoilé et coutures intérieures gansées.

Fournitures

Une des raisons pour laquelle j’ai mis du temps entre la version d’apprentissage et la version finale, c’est la difficulté que j’ai eu de trouver les bonnes fournitures, celles qui me plaisaient.

Le lainage est un coupon de 2 m de laine et polyester trouvé sur un des stands du salon Les Tisseades, pour 50 €. Il est très joli, très agréable au toucher, avec une bonne tenue, mais il bouloche un peu rapidement à mon gout.

Quant au passepoil et au biais, après de longues semaines à fureter les sites, les boutiques physiques (et les stands du salon donc), j’ai fini par opter pour la solution « fabrication perso du passepoil ». Je voulais que mon passepoil et mon biais soient identiques, au mieux, mais au moins assortis, au pire. Impossible de trouver. J’ai finalement choisi un biais Liberty et j’ai investi dans un pied passepoil pour fabriquer le passepoil dans le biais.
Et c’est là, que je m’aperçois que je n’ai pas fait de photos des ganses intérieures…

Veste Armélia Artesane

J’ai pris deux tailles de bouton : la plus large pour la patte de boutonnage et plus étroit pour les poignets où cela n’est que du décor.

Ajustements et modifications

Certains points du patron / gamme de montage m’avaient laissée perplexe pendant la réalisation de la toile. En particulier les surpiqures des pinces devant / épaules / dos à 5 mm de la couture de la pince. Même avec la toile légère Ikea, surpiquer à 5 mm c’était trop loin pour prendre la pince et la maintenir, ce qui est tout de même la raison principale de cette surpiqure. Pour la veste finale, j’ai donc fait comme j’avais envie : surpiqure à 2,5 mm.

La gamme de montage préconise un biais de 2,4 cm de large. Mhmm… on en trouve où ? Mon biais est donc un biais largeur classique de 4 cm. C’est plus facile pour le passepoil, ça ne change pas grand chose au gansage (rien au montage, c’est juste le visuel, le biais est un peu plus présent).

Ma version d’apprentissage était en taille 40, celle préconisée par mes mensurations. Même en toile légère, elle était correcte mais je la trouvais légèrement ajustée. Or je voulais pouvoir porter cette veste sur au minimum un chemisier. J’ai donc refait le relevé du patron en taille 42. C’est très bien comme ça, je peux porter ma veste y compris sur un pull léger.

En dehors de ça, je n’ai strictement rien touché au modèle.

Quelques infos pratiques sur ma veste Armélia d’Artesane

  • Fournitures et investissement financier : 77,00 € et 42 € pour les pieds passepoils
  • 1 coupon de 2 m de drap de laine bleu marine (90% laine, 10% polyester) à 50 € le coupon : 50 €
  • 7 m de biais Liberty « Capel – 3055 » (ref. 0000 6226 – Stragier) à 1,99 € / m : 13,93 €
  • 1 bobine de fil Gütermann col 655, 250 m : 4,99 €
  • 1 boite de 6 boutons plats 2 trous 15 mm (ref : 145827, Mondial Tissus) à 1,99 € la boite : 1,99 €
  • 1 boite de 6 boutons plats 2 trous 20 mm (ref : 145845, Mondial Tissus) à 2,99 € la boite : 2,99 €
  • 5 m de mèche à passepoil à 0,69 / m : 3,10 €
  • le patron – non compté
  • 1 pied passepoil Husqvarna Viking « moyen » : 14,00 €
  • 1 pied passepoil HV « mini » : 28,00 €

  • Cout réel estimé : environ 63 €
  • Il reste environ 60 cm du coupon de laine (inutilisable donc… pour moi en tout cas) → 40 €
  • 6,20 m du biais Liberty (ouf, j’avais visé juste) → 12,34 €
  • Une bonne partie de la bobine de fil (il y a les surpiqures) → 4 €
  • 4 boutons 15 mm et 4 boutons 20 mm → 3,33 €
  • 2 m de la mèche à passepoil → 1,38 €
  • entoilage thermocollant (poignets, col, parementure…) → 2 €

Papeterie et patron : non comptabilisé, je le rentre dans les frais d’apprentissage.

Je ne compte pas non plus les pieds à passepoil dans le coup réel du vêtement.

  • Temps de confection : Aucune idée…


Pour une fois je n’ai rien noté :-(.
Je n’ai pas gardé trace de la session d’apprentissage de cet été en live Twitch (je dirais 3 streams ?). Et pour la version finale, c’est rare, mais je l’ai réalisée par petits bouts de session couture, 30 min par-ci, 1 heure par là, sur l’ensemble des vacances de Toussaint. Peut-être entre 15 et 20 heures de couture… Mais je ne suis pas sure.

Alors, verdict sur cette veste Armélia ?

C’est une jolie veste. En tout cas, moi elle me plait. Elle s’intègre finalement bien mieux dans mon dressing que ce que je pensais. Pour tout dire, cet été je ne pensais pas faire de vraie version et en rester à la version d’apprentissage. L’allure de la toile m’a plu donc je l’ai tentée. Finalement, je la porte même plutôt souvent, en général sur un « pull cheminée / chaussette ».

Je ne sais pas si je vais la refaire. Je serais plutôt tentée par essayer d’autres modèles. Surprenant vu que j’aime vraiment beaucoup la porter.

Veste Armélia Artesane

J’ai peu de reproches à lui faire :
Il me semble qu’un gansage de la couture dos ne serait pas superflu vu que toutes les autres coutures sont gansées. Je trouve que ça fait un peu bizarre cette couture centrale intérieure qui ne l’est pas.
Le tissu feutre hélas assez vite (mais ce n’est pas un reproche au modèle évidemment).

Le seul vrai reproche en fait, c’est qu’elle n’est pas doublée.

Bref, une veste simple, efficace, facile à assortir et à porter. Un poil cher à réaliser tout de même (lainage + biais…).

Envie de laisser un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :