Chemise « Fit But You Know It »

J’adore les chemisiers cintrés (bon en fait, j’adore les vêtements cintrés, tout court), c’est mon basique « journée au travail » pour les jours suffisamment chauds. Alors, quand je suis tombée sur le patron de la chemise Fit But You Know It, gratuit !!!!, de Festive Road, par Biquette, je l’ai immédiatement mis de côté.

Quand en plus on sait qu’il demande peu de tissu (cintré, et à manches courtes, voire sans manche), que le patron est bien fait (avec des calques ! ce que même des créateurs n’offrent pas) et qu’il me restait pile poil ce qu’il fallait de tissu de ma blouse Idylle… dès que j’ai pensé avoir assez d’expérience en couture, je me suis lancée.

D’abord, je vais être honnête, ça fait déjà quelques semaines que je l’ai cousu ce chemisier. Je n’ai juste pas trouvé le temps de prendre les photos (et la coïncidence d’emploi du temps avec mon photographe ^^). J’aurai dû vous le poster depuis un petit moment.

Chemise Fit But You Know It

La réalisation

Chemise Fit But You Know It
Crédit image : marque Festive Road, de Essais & Erreurs
Dessin technique du modèle, par vicomte de boisjoly

Déboires…

Toujours dans un souci d’honnêteté, je dois avouer que j’avais un peu présumé de « avoir assez d’expérience en couture ». Un chemisier, c’est un poil plus technique qu’une blouse… Col, pied de col, voire boutonnières en série… Je ne suis pas arrivée au bout du projet toute seule, il m’a fallu de l’aide pour le pied de col en particulier. J’ai appelé ma maman à la rescousse. Qui n’avait malgré ses dizaines d’années d’expérience en couture, jamais monté de chemise avec pied de col ! Bon, on a fini par y arriver (enfin, elle a fini par arriver à faire l’assemblage).

Côté montage, j’ai fait une erreur de débutante : j’ai voulu assembler en coutures anglaises et j’avais donc prévu la marge de couture supplémentaire sur le patron. Enfin, je croyais. J’avais bien prévu sur les côtés, sur les épaules… mais pas sur les emmanchures des manches ! Résultat, c’est un peu… ajusté. Rien de dramatique, ça s’assemble, sans trop y voir d’erreurs, mais il y manque un léger poil d’aisance qu’aurait amené le léger embu habituel.

Enfin, côté boutonnière, j’ai un peu foiré l’ouverture des boutonnières : mon couteau à boutonnière (un vrai objet de famille : c’était le couteau à boutonnière de ma grand-mère, couturière de métier ; très précieux donc, et aussi coupant qu’un rasoir !) est limite en taille pour une boutonnière de 11 mm, résultat ça a entaillé les fils sur chaque extrémité. J’ai dû refaire manuellement chaque extrémité, et ça c’est pas chouette du tout (ni visuellement ni pour la satisfaction). Leçon à retenir : plus aucun bouton en dessous de 12 mm dans mes cousettes.

… ajustements …

J’avais un peu peur de l’ajustement poitrine. Dans le tableau des tailles je me situe toujours pile poil sur le 40, mais je sais que les bonnets poitrine sont calibrés sur du B, voire petit C. Et que, disons, je suis bien plus généreuse que ça. Comme j’avais lu que le patron était plutôt très ajusté, je me suis demandée ce que ça allait donné. Et faire un ajustement entre le 40 et le 42, sur un patron qui a à la fois des pinces poitrine et des pinces taille, là je ne le voyais pas du tout. Bref, je me suis donc lancée sans ajustement, sur une taille 40. J’ai bien fait ! Il tombe nickel, pile poil. Ni trop grand, ni trop petit, ni trop ajusté… Pour info, je fais un bonnet D, voire E. Si vous avez peur d’être trop comprimé, ne vous inquiétez pas !

… et finitions

J’ai fini les manches et le bas avec un ourlet à la double aiguille, mon chouchou en finition d’ourlet.

En photos

Quelques infos pratiques

  • Fournitures et investissement financier : 8,95 €
  • Thermocollant Vlieseline H200, 1 m à 5,99 € / m : 5,99 €
  • Un lot de 8 boutons rouge, plat à tige, diamètre 11 mm (ref. : 145419, Mondial Tissus) : 2,99 €

  • Cout réel estimé : environ 11,20 €
  • 90 cm de popeline de coton Dapper collection (imprimé rouge petits noeuds et coeurs) à 7,90 € / m : 7,11 €
  • 5 boutons : 1,87 €
  • Fil rouge, le même : 0,50 €
  • Fil écru pour surjet : euh… 0,50 € ?
  • 20 cm de thermocollant : 1,20 €

  • Temps de confection : 2 jours

Verdict ?

J’adore !
Bon, je ne prenais pas trop de risque avec ce genre de modèle. Mais le résultat est à la hauteur de mes espérances. C’est un modèle qui vient de rejoindre les basiques de ma garde-robe et que je referai, surement en plein d’exemplaires.

Le patron est très bien fait : le système de calques permet de choisir seulement la / les taille(s) voulue(s), et il y a le même le choix entre sans marge de couture / avec marge de couture.

Sur ma version, les parementures sont trop étroites au niveau de l’ouverture du col. Résultat, on voit les bords – surjetées en écru pfff – des parementures. Ce n’est pas top. Mais c’est de ma faute. En fait, je n’ai pas compris l’histoire des « parements devant » (et non pas « parementure » !), résultat, sans m’en apercevoir, j’ai monté ces parements comme des parementures. Si on ne le sait pas, on ne le devine pas. On se dit juste que la parementure est trop étroite au niveau du col. C’est joli aussi comme version (je ne dit pas d’ailleurs que je ne referai pas cette version, juste en agrandissant les parementures au niveau du col). Sinon, Sandrine, de SB créations, explique comment poser les vrais parements ici : Défi-garde robe capsule.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.