Sweat Andrea, de Petit Patron

Ma première réalisation dans le domaine de la maille : le sweat Andrea, de la marque Petit patron. Une réalisation annoncée pour un niveau “intermédiaire (facile)”, ce que je confirme. Je n’ai pas rencontré de difficulté insurmontable, même si le fait que je sois ultra débutante m’a confrontée à des hésitations techniques non expliquées dans le descriptif.

Le sweat en photos

Infos techniques

Modèle choisi

J’ai cousu le modèle uni, donc j’ai supprimé les marges de couture correspondant aux 3 bandes, comme c’est indiqué sur le pdf d’instructions. Pour assembler mes pièces dos et devant avec marges de couture supprimées, j’ai utilisé du masking tape : scotch peu adhésif, qui s’enlève facilement, en prévision du jour où je couserai une version avec bandes.

Taille

J’ai coupé le patron à la taille 42, en me référant au tableau des mesures.

En rouge, mes mesures. Vous constaterez que je collais parfaitement à la taille 42. Mais je trouve que le sweat fini est un peu trop large, que ce soit sous les aisselles, en largeur de manches ou au niveau de la taille. Mon prochain sweat sera cousu en taille 40.

Découpe du tissu

Je travaille avec des pièces complètes sur une seule épaisseur de tissu, et non pas avec des demi-pièces sur un tissu plié en 2. Ma maman me l’a formellement interdit ! Cela prend plus de temps pour la préparation des pièces de patron. Mais en plaçant des pièces complètes sur une seule épaisseur de tissu, on gagne de la place.

Le patron indiquait un coupon d’1,50 m. J’en ai acheté 2 m, et après placement des pièces, on se rend compte que j’ai assez pour tailler un second sweat.

Enfin, ça, c’est en théorie. Mais comme vous pouvez le constater sur la photo au-dessus, j’ai découpé les manches à l’envers. J’ai donc dû en redécouper une 2e paire… Adieu le second sweat !

Longueur du sweat

Au niveau de la longueur du sweat, le patron prévoit 2 tailles, selon qu’on mesure plus ou moins d’1,65 m. Mesurant 1,62 m, j’aurais dû couper le bas de mes pièces devant et dos. Forte de l’expérience de ma première cousette vêtement (la blouse Stockholm, des Ateliers Scämmit), pour laquelle j’avais rajouté 7 cm en longueur, je me suis abstenue de couper le bas des 2 pièces. Ce fut une bonne chose, car le sweat est d’une longueur parfaite pour moi dans sa version longue. Il aurait été trop court dans sa version moins d’1,65 m.

Marquage des repères sur le patron et les pièces coupées

Le patron prévoit un seul marquage de repère, sur le cran de tête des manches.

Ce fut nettement insuffisant pour moi, peut-être parce que je suis une grande débutante. J’ai dû rajouter d’autres repères au fur et à mesure, pour m’aider à positionner correctement mes pièces :

  • un repère au milieu de l’encolure devant et dos, pour aider au positionnement des pièces d’encolure 10 et 11,
  • un repère au milieu du bas des manches, pour aider au positionnement des deux bandes de poignets 12,
  • un repère au milieu du bas devant et dos, pour aider au positionnement de la pièce 13 bas de sweat.

L’assemblage des pièces

S’agissant de coudre un tissu maille, l’utilisation de la surjeteuse est évidente. Mais je n’ai pas encore assez confiance dans ma maitrise de ma surjeteuse pour assembler avec. J’ai donc d’abord assemblé mes pièces à la machine à coudre, avec une aiguille jersey et un point droit stretch. Puis j’ai surjeté le long de mes coutures. La marge de couture de 1 cm prévu dans le patron permet cette double couture. Quand je serai plus aguerrie, je me lancerai dans un assemblage exclusivement à la surjeteuse.

Autres remarques

J’ai eu un excès de 2 cm de tissu au niveau de la jointure des aisselles, entre les manches et les pièces Devant et Dos. Ne sachant qu’en faire, j’ai coupé !

J’ai surpiqué l’encolure, parce que la marge de couture était étroite et j’ai craint que l’encolure ne se retourne. Et dixit mon mari, cela fait une jolie finition.

Pour l’assemblage de l’encolure, des poignets et de la bande du bas, les instructions indiquent de plier les pièces en deux, de les glisser dans le col, les manches et le bas du sweat, et de coudre. Or le molleton rend le tissu glissant, et aux jonctions, il y avait 4 épaisseurs de tissu. J’ai donc d’abord fait une couture de fermeture de l’encolure, des poignets et de la bande du bas, avant de les coudre au reste. J’ai cousu à moins de 5 mm, donc ça n’empiétait pas sur les marges de couture finales.

Infos pratiques

  • Fournitures

J’ai acheté 2 m de tissu molletonné gris imprimé de paresseux, laize 160 cm, 60% coton et 40% polyester, 260g/m², 17,99 €/m.

Si on découpe les pièces d’un seul tenant, et non en double épaisseur à la pliure, on a besoin d’un coupon d’1,20 m. Avec un coupon de 2 m, on peut coudre deux sweats.

Je n’ai pas acheté de bord côté pour les poignets, bas et encolure du sweat. Je les ai réalisés avec le tissu molletonné.

  • Cout réel estimé : 20 €

  • Temps de confection : 7 h (pour une ultra débutante)

  • 2 heures pour préparer le patron (impression en 2 exemplaires, montage du pdf, préparation du patron pour une découpe sans bande, découpe à la taille 42),
  • 1 heure pour la découpe du tissu,
  • 4 heures pour la couture.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.