Box Teknics “Distress Stain metallic”, d’Ithylia Créations ♦ Ma version

Dernière box de la série des Distress, j’ai enfin fini aussi le tuto de la Box Teknics Distress Stain Metallic, qui utilise les mêmes bases de couleur que la Distress Stain, agrémentée donc d’une touche métallique, un or vieilli “Tarnished Brass”.

Cette fois-ci, la créatrice est Zabou, l’experte en patouille de l’équipe de création d’Ithylia Créations. Elle a beaucoup à m’apprendre, et pour avoir enfin fait sa connaissance sur un vrai atelier, avec beaucoup de patience et de bienveillance dans ses conseils. On ne peut pas dire que la patouille soit la meilleure de mes compétences.

On reprend bien sûr les mêmes techniques que pour les deux autres kits, en y ajoutant une touche un peu à part puisqu’au contraire des autres Distress, les Stain Metallic sont opaques. Elles peuvent donc s’utiliser sur papier noir et coloré. Leur effet couvrant est dépendant à la fois de la légèreté de l’application et du bon mélange du produit (un bon secouage avant utilisation) puisque les pigments dorés retombent.

L’abonnement Kit Teknics, par Ithylia Créations.
Si vous avez envie de découvrir de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux, d’explorer autrement, ou simplement de pouvoir réaliser un objet complet sans avoir besoin d’ajouter autre chose, je vous le conseille sans réserve 🙂 .

Contrairement aux deux boxes précédentes, dès le départ j’avais en tête la finalité du projet. Je savais pour qui et pour quel type de photos j’allais le réaliser. Les couleurs de bases de ce kit sont or / cuivre / noir, avec deux touches de bleu et vert des Distress Stain du kit précédent. Exactement ce qu’il me fallait pour les photos des fêtes de fin d’année 2016, pour un album pour ma maman qui adore le vert. J’ai d’ailleurs laissé tomberle bleu, il n’y a que des touches de vert.

Comme pour les précédents, la reliure se faisait avec oeillets, et donc outil poseur d’oeillet. Je n’ai donc toujours pas de Crop-A-Dile (mais là clairement ça commence à me chauffer le nez et me titiller la carte bancaire… vu le nombre de fois où on l’utilise), bref, j’ai donc là aussi improviser. Sur les 4 oeillets à poser, 2 étaient pour la décoration, je les ai fait, avec un emporte-pièce… et un marteau. En revanche, pour la vraie reliure des pages, j’ai posé une spirale avec ma Bind-It-All. Perso, je préfère, il y a plus de facilité pour tourner les pages. En revanche, clairement le patron pour la couverture n’était pas adapté à une reliure de ce type, il a fallu que j’incurve la tranche de l’album pour que la spirale ait suffisamment d’aisance.

Je savais où j’allais, cela explique peut-être pourquoi réaliser cet album m’a plus plu que le précédent. Et je suis contente du résultat. Il y a  2/3 techniques que je n’ai pas réussi, mais je m’en suis débrouillée à l’assemblage. Et je crois qu’il a plu 🙂 .

En photos…

… et en vidéo

Si vous préférez cette forme de visionnage, mais c’est en fait simplement un diaporama des photos.

 

Laisser un commentaire