Réalisations,  Vêtements

À la poursuite du diamant bleu…

… Ce n’est pas plutôt diamant vert ?… Oups, non, je m’égare… reprenons…

À la poursuite du jeans parfait…

Oui, voilà, c’est mieux.

Mais pas encore ça. Alors, essayons plutôt…

À la poursuite du jeans qui va bien…

Oui, voilà ! C’est bien ça. Pas trop prétentieux.

Jeans 254 et 201 - Atelier du Jeans

Pourquoi un jeans ?

Le jeans, c’est clairement ma pièce vestimentaire de base. C’est même à peu près le seul type de pantalon que je porte. Mon dernier est en train de rendre l’âme. Soit je rachetais, soit je me lançais enfin. À Noël, on m’a offert – sur ma demande – le livre « L’Atelier du Jeans », écrit par Sophie Valantoine, dans le cadre d’un partenariat avec 1083.fr (le jeans français, l’entreprise a mis à disposition les patrons de 11 de ses modèles) et Eyrolles Éditions. Je me suis donc lancée.

Le pantalon fait peur aux couturier.e.s. Le jeans encore plus. Ce n’est pas tant que le pantalon est une pièce difficile à coudre. Bon, certes, ce n’est pas une pièce très simple. C’est plutôt qu’un pantalon mal ajusté n’est pas portable, c’est pour ça qu’on essaye tellement de jeans avant de se décider à en acheter un et que souvent on reste fidèle à la même marque, voire au même modèle. Dans mon cas, c’est le Marion, de la marque Lee, longueur 30. Or, quand on a passé des heures à coudre un jeans, qu’on a investi de l’argent, se retrouver avec un jeans pas portable, ça rebute.

La première étape a d’abord été d’accepter qu’il allait me falloir plusieurs essais avant d’obtenir une version qui me convienne. Et donc perdre du temps et de l’argent. En espérant ne pas perdre trop ni de l’un ni surtout de l’autre. J’ai parié sur deux essais pour une version n°3 bien.

Parlons investissement

Investissement financier de base

Pour 3 paires de jeans, j’ai donc acheté le tissu qui va bien, un coupon pour chacun, mais également la mercerie. Et dans la mercerie, les rivets et boutons sont en lots, donc un seul investissement pour plusieurs.

  • Un coupon de 2 m de toile stretch noir, Mondial Tissus (le moins cher des 3, pour le test 1) à 11,99 € / m → 23,99 €
  • Un coupon de 2 m de denim stretch bleu, Rascol (version 2) à 13,90 € / m → 27,80 €
  • Un coupon de 1,80 m de denim stretch noir, Stragier (version 3, version finale normalement) à 19,00 € / m → 34,20 €
  • 3 fermetures éclairs spécial pantalon, longueur 15 cm, à 1,75 € chacun → 5,25 €
  • 3 bobines 100 m de fil extra-fort Gütermann (2 noires et 1 bleu marine), pour surpiqure jeans, à 3,60 € la bobine → 10,80 €
  • 4 bobines 100 m de fil fort Gütermann (3 noires, 1 bleu marine), pour couture assemblage de jeans, à 2,90 € la bobine → 11,60 €
  • 1 boite de 8 boutons jeans 17 mm Prym → 4,35 €
  • 1 boite de 24 rivets métalliques 9 mm Rascol → 4,95 €

Pour ces 3 paires de jeans, j’ai donc investi au départ 122,94 €, soit environ 41 € par jeans. Un peu cher oui, mais moitié moins – au moins – que d’acheter un jeans de marque. Avec comme objectif de coudre des jeans répondant au mieux aux codes du jeans.

Cout de revient par paire de jeans

Pour un jeans modèle 1083.fr, il m’a fallu à chaque fois pile 1,30 m de denim, sachant que l’auteure préconise d’utiliser des chutes de coton pour faire les poches, donc sans investissement (cela fait économiser environ 30 cm sur une hauteur de laize).

Il m’a fallu un peu plus de 1 bobine de fil fort pour couture jeans pour l’assemblage d’1 jean complet. En revanche, la surpiqure du jean ne nécessite pas une bobine complète (estimation : un peu plus de 2 bobines pour 3 jeans).

  • 1,30 m de tissu denim, à environ 16 € / m → environ 21 €
  • 1 zip → 1,75 €
  • Environ 6 € de fil (assemblage et surpiqure)
  • 1 bouton jeans → 0,55 €
  • 6 rivets par paire de jeans (mais on peut mettre moins, ou plus, ou pas du tout) → 0,83 €

Cela fait donc un cout de revient réel d’environ 30 € par paire de jeans.

Temps de confection

Un jeans, c’est long à coudre. En tout cas pour moi.

De plus, j’ai refait le patronage à chaque version, donc je suis partie de zéro à chaque fois.

  • 2 heures pour préparer le patron
  • 3 heures pour découper les pièces de tissu et les surjeter (ça c’est une entorse à la gamme de montage, normalement on surjette seulement certaines pièces et seulement à certains moments)
  • Entre 14 et 19 heures de couture pour l’assemblage, mais en live (donc ça met plus de temps) : 19 pour le premier, 14 pour le deuxième, 18 pour le troisième.
  • 1 séance de 3h pour les finitions

Il m’a donc fallu environ 24 heures pour chacune de ces 3 versions de jeans. Oui, c’est long.

Bon, et tu les montres ces jeans ?

Parce que tu causes, tu causes, tu causes beaucoup… mais on ne sait même pas les modèles choisis… Ni à quoi ils ressemblent.

Première tentative : le jean 254 “Mom”, en taille 32 US

Celui-là, c’est l’échec. Dommage, car le tissu me plait vraiment (c’est pourtant le moins cher ^^).

Il est trop grand. La forme ne me va pas du tout. Mais pas du tout. J’ai un peu retravaillé la courbure des jambes, mais ce n’est pas suffisant.
J’ai suivi strictement les instructions de raccourcissement de la longueur de jambe, il aurait dû être encore un peu trop long (j’avais laissé de la marge), et finalement il est bien trop court ! J’ai été obligée de faire une sorte d’ourlet ajouté de 4 cm, et même ainsi il est encore un peu court. J’avais raccourci de 18 cm. D’après le livre, j’aurais dû faire 20 cm. En fait, je n’aurais dû raccourcir que de 13 cm.

Le tissu n’est pas du tout en tissu jean, contrairement à ce que l’intitulé boutique le laisse entendre. C’est une toile stretch d’un noir profond. Très sympa, mais ce n’est pas du denim.

Trop court, trop grand, pas la bonne forme. Pas grave, je le porte quand même. Bon, à la maison.

Essai 2 : le jeans 201 “Regular”, en taille 32 US

C’est une coupe droite, donc plus facile à ajuster en longueur de jambe. Chouette.

En revanche, ce n’est pas une vraie taille haute, contrairement au 254 Mom. Et ça, c’est un vrai problème pour moi. Je me suis donc lancée à un ajustement de hauteur de fourche pour en faire un taille haute. En comparant avec le 254 (lui-même pas tout à fait tout à fait assez haut), j’ai estimé qu’il fallait que le haut de la ceinture soit remonté de 2,5 cm.

J’ai refait un taille 32 US, vu que je changeais de modèle et que c’est ce que les mensurations du livre indiquaient. Je m’attendais à ce que ce soit un peu trop grand au niveau de la taille, mais ça faisait trop d’ajustements en même temps. Et étonnement, il y a plusieurs ajustements proposés dans le livre, mais pas la gradation entre deux tailles existantes. Je ne savais donc pas où faire cette gradation.

En me basant sur le premier essai, je n’ai raccourci les jambes que de 12 cm (il aurait fallu que je raccourcisse de 13 ou 14 cm). Bon, ben là, il était trop long de 4 cm…

La forme, c’est OK, c’est celle qu’il me faut. Il est toujours un peu trop grand, de partout en fait. Mais il est portable avec une ceinture. Il me plait 🙂 .

Version 3 : le 201 “Regular”, en taille 30 US

Le bon ?

J’ai gardé l’ajustement de 2,5 cm de la hauteur de fourche pour en faire un taille haute. Cela me convient parfaitement.

J’ai revu l’ajustement de longueur de jambes à 15 cm en moins.

Et enfin, j’ai décidé de le faire entièrement en taille 30 US, tout en me doutant qu’au niveau de la ceinture, ça pourrait encore être trop grand.

Alors, verdict ?

Et bien en effet, c’est bien trop grand au niveau de la ceinture.

Je ne comprends pas trop bien pourquoi, mais le bec au niveau du dos est bien plus important proportionnellement qu’avec le taille 32 US. Il faudra donc une version 4. Je pense que c’est lié au fait que le jean n’est pas une taille haute et donc ce n’est pas resserré au niveau de la ceinture.

J’ai regardé où je devais reprendre : c’est au niveau du haut de la rehausse dos, exactement au niveau de la couture centre dos. C’est très bien sur le bas de la rehausse, mais trop grand au niveau de la couture rehausse / ceinture. Je garde donc le bas de la pièce tel qu’il est et j’ai réduit sur le haut de 0,8 cm pour chaque rehausse ; la ligne part donc plus en biais, ce qui devrait mieux replaquer la ceinture sur le dos. Valeur que j’ai répercutée sur la ceinture (au niveau du milieu ceinture, en réduisant de 1,6 cm). Je regarderai à comparer la forme de la rehausse du 254 Mom qui lui est une taille haute, pour voir si c’est bien ce qu’il faut.

Cette version 3 est plus ajustée, au niveau taille c’est ce qu’il faut. Mais je le trouve moins confortable que le deuxième. Il faut que je resserre plus ma ceinture qu’avec le deuxième qui est pourtant une taille au-dessus. Étrange…

Dans tous les cas, il va falloir une version 4 !

Envie de laisser un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :