Couture ? Vous avez dit couture ?

C’est de la faute de Enge si je me retrouve à écrire cet article sur Nos créas. Ça a été de sa faute dès la création de ce blog, en fait, depuis qu’elle s’est lancée dans le scrapbooking et qu’elle m’y a initié. J’ai bien accroché pendant un temps. Et puis finalement le plaisir est passé. J’ai rangé mon matériel de scrap en attendant que l’envie revienne. J’aurais pu rester éloignée encore longtemps des loisirs créatifs… Mais c’était sans compter Enge.

Parce que cette année, Enge s’est lancée dans la couture. Elle vous le raconte dans son article Premiers pas en couture. Je me suis souvenue que j’avais une machine à coudre qui me suit fidèlement depuis des années, et qui pourtant n’est guère utilisée : une vieille machine Pfaff de 1988 ayant appartenu à ma maman. Alors j’ai emboité le pas de ma soeur et j’ai envoyé la machine en révision. Parce qu’un engin de 30 ans, c’est vénérable, ça doit être choyé. Pas question de l’utiliser sans être certaine qu’elle supporterait mes faux pas de débutante !

Ma machine à coudre

La voici, ma Pfaff Tipmatic 1045 (notez le design so 80′ de la page de couverture du manuel) :

Figurez-vous que le réparateur l’a déclarée bonne pour le service. Et je peux vous assurer, après quelques heures de couture, qu’il avait bien raison. Cette machine est un vrai régal à prendre en main, même si, âge oblige, elle est basique dans son mode de fonctionnement.

Mon matériel de couturière

Après avoir récupéré ma machine à coudre, j’ai attendu 3 mois avant de me décider à agir. Jusqu’à ce début d’aout où j’ai sorti la machine, relu le mode d’emploi et fait l’inventaire de mon matériel de couture. Très pauvre, l’inventaire… Ma maman m’avait créé une trousse de couturière quand, jeune étudiante, je suis partie à la conquête de la capitale, il y a … beaucoup d’années. Mais au fil du temps, cette trousse s’est vidée. J’ai dû racheter quasiment l’intégralité du matériel de base.

Voici quel a été mon réassort :

  • un set complet d’outils de découpe (marque Fiskars) :
    • une paire de ciseaux multi-usages RazorEdge, 24 cm,
    • une paire de ciseaux pour tissu, 21 cm,
    • une paire de ciseaux de précision et broderie, 13 cm,
    • un cutter rotatif, lame 45 mm, poignée confortable, et une lame de rechange.
  • des aiguilles :
    • 2 lots de 10 aiguilles pour machine à coudre 70-90 (marque Schmertz),
    • 1 lot de 30 aiguilles pour la couture à la main (marque Faden & Nadel),
    • 1 lot d’épingles à piquer 0,53×26 mm (marque Prym),
    • 1 pelote aimantée pour aiguilles et épingles.
  • Des outils pour tracer :
    • un stylo porte-mines, mine blanche, pour mine de 0,9 mm (marque Prym) ,
    • 1 lot de mines de rechange (marque Prym).
  • Des outils pour mesurer :
    • une règle japonaise souple 50 cm (marque Rascol).
  • Du matériel pour la machine à coudre :
    • un pied de biche pour pose de fermeture invisible (marque Prym).

Ça ressemble à un inventaire à la Prévert. Mais à part les ciseaux, ce sont des articles peu onéreux. Le vrai investissement, c’est l’achat des fournitures pour les projets couture ! Bon, mon premier projet ne m’a pas ruiné. Par contre, le suivant commence à chiffrer… Je vous en parlerai dans un prochain article. Ah, j’oubliais, j’ai aussi acheté une nouvelle machine… Là, oui, on peut parler de grosse dépense ! Je vous en parle plus bas.

Notez qu’il ne s’agit pas de l’inventaire complet d’outils que toute bonne couturière se doit de posséder, car il me restait quelques rares outils de ma trousse originelle :

  • une règle en métal de 1 m,
  • une règle type patchwork,
  • des mètres-rubans,
  • un découd-vite,
  • un dé à coudre.

Et si une machine à coudre ne suffisait pas ?

Vous l’avez compris, c’est à cause de Enge que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure Couture 2019. Aventure qui aurait pu se limiter, sur le plan financier, à l’achat de quelques outils de couture et des fournitures pour les créations, vu que j’avais déjà l’élément de base fondamental, à savoir la machine à coudre…

Mais c’était sans compter Enge ! Parce que Enge, depuis des mois qu’elle s’est mise à la couture, chante les louanges de la surjeteuse dans laquelle elle a investi au printemps. Comme quoi ce serait un outil indispensable pour coudre, et patati, et patata. Ajouté à ça les vlogueuses couture sur YouTube qui parlent elles aussi sans discontinuer de leur surjeteuse. Bref, l’option surjeteuse était sur le tapis. Sauf que c’est un sacré investissement, que je n’étais franchement pas prête à faire.

Mais vous connaissez le proverbe “Fontaine je ne boirai pas” etc. Parce que jeudi dernier, donc pile dans ma semaine “Je me lance dans la couture”, je suis allée chez Lidl. Et figurez-vous que Lidl vend une surjeteuse à tout petit prix.

La voici, la surjeteuse Lidl. C’est une overlock Element 1450 OL by Pfaff :

Au détour d’une allée, je suis tombée en arrêt devant le carton. Une surjeteuse à 159 €. Je prends, je prends pas… J’appelle Enge pour lui demander ce qu’elle pense de cette machine d’entrée de gamme. Je pianote rapidement sur mon smartphone pour faire quelques recherches de critiques. Sœur et Internet sont unanimes : pour le prix, la machine vaut carrément le coup. Il ne faut pas en attendre des miracles, elle a seulement 12 points (en réel 8) et pas d’accessoires. Mais elle fait le job, à savoir surjeter, et elle possède quelques caractéristiques importantes : 2 aiguilles (donc 4 fils possibles), un entrainement différentiel, un couteau escamotable.

Du coup, que voulez-vous, je n’ai pu que craquer et placer la boite dans le caddy. Mon mari a assisté impuissant à ce transfert, plutôt fataliste quant à ce qu’il pressentait qui arriverait un jour ou l’autre. Mais au moins, on peut m’accorder le crédit d’avoir acheté la surjeteuse la moins chère du marché français !

Si vous voulez savoir comment s’est passée la prise en main de cette nouvelle machine, je vous le raconte dans mon article Mes débuts avec la surjeteuse Lidl.

Quant au récit de la réalisation de mon premier projet, c’est dans l’article Un mini set de couturière (bis) que vous le trouverez.

2 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.