Réalisations,  Réalisations Couture,  Vêtements

Blouse Seychelles, d’Itch To Stitch

Seychelles, c’est un des derniers né d’Itch To Stitch (en tout cas à l’heure où j’écris ces lignes). C’est une blouse simple, avec encolure devant en V, des manches courtes avec deux plis creux sur tête de manche ou longues avec fronces sur tête de manche et fermées avec bracelet de manche et une bride. Mais cette blouse a deux petites particularités : le dos est en deux parties, avec une ligne de découpe qui suit la courbure du dos, et on peut choisir entre 5 profondeurs de bonnet (comme tous ? les patrons de la marque). Les visuels m’ont plu dès que je les ai vus. J’ai donc utilisé le deuxième coupon acheté en même temps que le tissu de ma dernière blouse Idylle pour tester le modèle : un coton bio doux, épais et pelucheux (genre flanelle) écru à petites fleurs vertes.

La réalisation

Itch To Stitch est une marque américaine et les patrons sont uniquement en anglais. C’est la principale raison pour laquelle je n’ai jamais cousu un de leurs modèles. Cela m’a toujours arrêté, alors qu’il y a plusieurs modèles qui me plaisent. Mais bon, une blouse, j’en ai déjà cousu plusieurs, je me suis dite qu’à défaut, je pourrais suivre les grandes lignes des cahiers techniques que je connais.

En réalité, j’ai cousu deux blouses. J’ai abimé la première lors des finitions de couture et ce n’était pas récupérable. Je suis donc allée racheter un coupon du même tissu et je l’ai refaite. Il faut toujours voir le côté positif des évènements : j’ai ajusté ce que je voulais pour la deuxième…

Blouse Seychelles, Itch To Stitch
Dessin technique
Crédit image : Itch To Stitch

Taille, stature, bonnet…

Pour déterminer la profondeur de bonnet, la marque demande de prendre le tour de buste au-dessus de la poitrine et le tour de poitrine, puis de calculer la différence entre les deux. Très simple quoi, surtout que des schémas accompagnent clairement ces prises de mesure. Heureusement, car les traductions ne donnent pas les même terminologies qu’en français. Cela me donnait un bonnet C. Côté lingerie, je suis plutôt en bonnet D, voire parfois même E. Un bonnet C m’a semblé un peu léger, mais c’est une marque américaine, donc j’ai suivi.

Côté taille, le tableau des mesures m’indique un 4 (poitrine) / 4 (taille) / 6 (hanche). J’ai donc fait un passage de gradation entre ligne de taille et ligne de hanche.

Le choix de la version

La première version

J’ai choisi la version manches longues (avec bracelet de manche et tête de manche froncée donc).

Le modèle me paraissait assez court sur les photos et le cahier technique indique en plus que la blouse tombe exactement sur les petites hanches. J’aime bien quand c’est plus long, donc j’ai ajouté 2 cm au niveau de l’ourlet. Au final, elle était un peu trop longue. Pas grave, j’ai ajusté avec un ourlet un peu large.

Les manches longues sont un peu courtes à mon gout, il manque bien un centimètre.

La version deux

Côté longueur buste, pour la version 2, j’ai donc simplement supprimé les 2 cm ajoutés sur la première version.

J’ai modifié le bracelet de manche en poignet de manche (disons, un mix entre bracelet et poignet, un poignet un peu étroit). : j’ai doublé la largeur effective du bracelet de manche (pas de la pièce bracelet de manche, mais bien la largeur finale cousue). Ça m’a permis de gagner ce qui me manquait un peu en longueur de manche.

Pour finir, j’étais très tentée par la tête de manche avec plis creux. Mais dans le patron, c’est prévu pour les manches courtes. Pas grave, je me suis risquée à mixer les deux pièces de manches : tête de la manche courte avec les plis creux et lignes de la manche longue avec la fente et bracelet de manche. Et je suis plutôt contente de ce choix. Les manches à tête froncée était jolies, mais ça donne bien aussi avec les plis creux.

Quelques libertés avec le montage

Je n’ai pas suivi les étapes de montage des manches et des bracelets de poignet. Itch To Stitch fait monter les manches à plat, puis fait faire une couture tout du long, du bas de la blouse jusqu’au bout de la manche, avec ensuite un crantage au niveau du dessous de bras (en gros, un montage comme pour du jersey à la surjeteuse). J’ai préféré faire comme j’ai l’habitude : fermer les côtés de la blouse, fermer les tubes des manches, puis monter les manches.

Pour les bracelets, le cahier technique propose de les refermer simplement en repliant les côtés vers l’intérieur. J’ai préféré suivre la gamme de montage des poignets du chemisier Adelise. Ça revient au même niveau résultat, mais je trouve ça plus propre et plus facile.

Les finitions

J’ai fini l’ourlet bas et les bracelets de manche avec un point décoratif “feuilles”. J’ai hésité à le faire aussi sur le tour de l’encolure, mais j’ai pensé que ça ferait trop.

En photos

Quelques infos pratiques

  • Fournitures et investissement financier : 40,64 €

Bon, là, forcément, c’est faussé. J’ai cousu deux blouses, j’ai investi dans deux coupons, mais il n’y a qu’une seule blouse au final. Je vais tout de même faire comme si il n’y en avait qu’une.

  • 1 coupon de 1,5 m de popeline de coton bio écru imprimé petites feuilles, Mondial Tissus, à 15,99 € / m : 23,99 €
  • 1 boite de 6 boutons assortis (bon pas vraiment, ils sont effet diamant sur sertissage argenté) : 4,99 €
  • Patron PDF : 13 $ US , soit environ 11,66 € (d’après mon relevé de compte)

  • Cout réel estimé : environ 35 €
  • Environ 1,25 m du coupon de tissu → environ 20 €
  • 2 boutons → 1,67 €
  • Entoilage thermocollant → environ 1 €
  • fil écru
  • matériel pour le relevé du patron (feuilles, encre, double-face…) → environ 1 €
  • Patron → 11,66 €

  • Temps de confection : 2 jours

C’est un peu long, mais si la plupart des étapes m’ont paru limpides, j’ai tout de même pris le temps de faire une traduction des instructions au fur et à mesure. Il a également fallu que je comprenne le montage de l’accroche du bouton, c’était la première fois que j’en confectionnais un.

Alors, verdict ?

Le travail de la marque

Le patron d’abord

J’ai déjà parlé du grand nombre de tailles et de choix de bonnet, je ne reviens pas dessus.

Le patron PDF est très bien conçu : il est conçu avec couches pour les tailles, on peut donc imprimer uniquement ce qu’on souhaite, c’est plus facile ensuite de faire le relevé. Les tracés sont en couleurs.

Quand j’ai vu le nombre de pages, j’ai eu un coup au cœur (une soixantaine ! juste pour une blouse…). Mais en lisant attentivement, je me suis rendue compte que le positionnement des pièces est fait de façon à ce qu’on n’imprime que les pages nécessaires à la réalisation de son choix de version. La pièce manche courte est différente de la pièce manche longue par exemple ; les pièces devant sont différentes selon la profondeur de bonnet. Pour n’imprimer que ce qui est nécessaire, les pièces sont positionnées de façon à pouvoir déterminer des plages de pages selon ce qui est nécessaire. J’ai eu 18 pages à imprimer d’après mes souvenirs pour ma blouse taille 4/4/6, bonnet C, manches longues. Très correct.

Il y a deux planches différentes de patron, selon la taille (20 tailles différentes ! bravo), une pour les 00 à 20 et une autre pour les 16 à 40, ça allège le nombre de feuilles. Et il est même prévu un raccord

Les marges de couture sont incluses. Bon, à l’américaine et avec une valeur qui m’a surprise. J’ai plutôt l’habitude des marges à 1,5 cm des américains, mais là, la valeur de couture est de 1,25 cm. Cela ne correspondant pas aux repères présents sur mon petit bijou (une Brilliance 75Q), alors j’ai joué du masking-tape pour me faire un repère.

Les lignes d’ajustement sont présentes (sur manches, dos, et devant).

Bref, un très bon point pour Itch To Stitch pour leur patronage.

Le cahier technique ensuite

Il est très détaillé, étape par étape, avec un schéma illustratif très clair pour chacune. La présentation est carrée, sans surcharge. Certes, c’est en anglais, mais le sens général se comprend bien, et une traduction dans n’importe quel traducteur éclaircit les interrogations. Je n’ai pas eu de difficultés particulières à le suivre.

Je pense donc que je vais pouvoir me lancer sur d’autres modèles de la marque, je suis convaincue par leur travail. La Celeste Dress en particulier m’avait séduite dès sa sortie cet été. Ou la Oia Dress.

Le modèle

Le modèle est bien coupé, il a une jolie ligne.

Le relevé de taille correspond bien

Le décolleté est un peu plus profond que ce à quoi je m’attendais d’après le visuel. À voir au porté si je ne le diminuerais pas un peu pour une prochaine version.

Pour conclure

La blouse Seychelles est un joli modèle, très bien conçue, avec un cahier technique nickel.

Le détail du boutonnage sur le bracelet de manche est sympa et joli. Mais je crois qu’au quotidien, il va m’agacer : la fente d’ouverture est dans le prolongement de la ligne de couture, c’est à dire pile sous le poignet à l’endroit où l’on pose le bras sur un bureau. À voir, mais je me demande si créer une fente à un autre endroit ne serait pas mieux.

La découpe dos est sympa, en particulier pour faire des ajustements dos cambré. Néanmoins, sur une blouse, c’est sensé… blouser (comme c’est original), en tout cas être plutôt vague, donc je ne suis pas persuadée du côté indispensable de la chose. En revanche, je m’interroge sur l’esthétique de cette découpe au dos. Bon, oui, je ne me regarde jamais le dos c’est vrai.

Le choix de la profondeur des bonnets, ça c’est un vrai bon point. J’approuve. Et finalement le choix du C sur moi est correct. J’ai bien fait de suivre les indications de mesure.

Finalement, si on omet ces deux détails (découpe dos et bracelet boutonné), Seychelles est un modèle basique, simple mais joli et bien fini.

Un commentaire

  • Jalyla

    J’aime bien cette blouse simple certes, mais avec de jolis détails. Un dos en 2 parties tombe beaucoup mieux et permet souvent d’économiser du tissu!

Envie de laisser un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :