Carterie ♦ Petite carte pour accompagner un courrier

J’avais envie de jouer avec des Distress Oxide et de découvrir la technique du masque pour tamponnage. J’ai donc mis à profit le besoin de faire une petite série de cartes courrier destinées à accompagner un envoi à quelques scrapeuses pour m’y frotter. Le tout en sortant un peu de ma zone de confort : un format non standard, celui de mon set de matrices de découpes rectangulaires ; en utilisant des duos de couleurs différents et surtout autres que mon fétiche bleu / vert.

Pour coller au thème de la carte (un courrier pour envoyer des entrées pour Version Scrap Paris 2018), et après avoir écarté un très joli tampon Boite aux lettres vintage de Carabelle Studio, car trop de détails à découper, Mini-Enge et moi avons porté notre choix sur un tampon enveloppe très simple mais efficace de chez Artemio et le message percutant et très approprié “Les filles aussi savent s’amuser” du set “Nos folles années”, création exclusive de Manuela Jamet pour Ithylia Créations.

Une contrainte tout de même : je voulais une carte simple, rapide à réaliser, avec une réalisation en série possible, car je voulais en sortir au moins 6.

Au bout de 2 heures, me voilà avec une série de 5 jolies cartes. Oui, 5, la sixième a résisté…

La réalisation

Techniques et assemblage

J’ai d’abord tamponné l’enveloppe sur un papier blanc (DCP 190g de Clairefontaine – pas vraiment adapté à la patouille, ce qui explique que la 6ème carte ai résisté un tantinet). Puis j’ai réalisé le même tamponnage sur du papier masque ;  je l’ai détouré puis positionné sur le tamponnage à conserver.

Le fond de carte est réalisé par application frottée à la mousse d’un duo de Distress Oxide, avec une brume d’eau et quelques gouttelettes à la fin. Puis j’ai ôté le masque du tampon.

J’ai ensuite coloré l’enveloppe aux feutres à alcool.

Le message a été tamponné à la Versafine noire, puis embossé avec de la poudre pailletée transparente Izinc. C’est décidément un combo que j’adore : Versafine + poudre transparente. Cela permet d’avoir toutes les couleurs d’embossage sans se ruiner et la Versafine a un fini très fin, que ne dénature pas cette poudre pailletée.

Pour finir, j’ai collé ce fond de carte sur une base de carte, toujours mon Linen Cardstock Metallic de chez Action (un des rares produits que j’aime et utilise, j’en aime peu mais lui je l’adore), et pour le petit détail de fin, j’ai ajouté un petit oeillet coloré métallisé.

Réalisation en vidéo de A à Z de la première carte

J’ai filmé la réalisation entière de la première carte, la rose et bleue, pour un temps réel de 30 min. Je vous embarque…

Petit-auto retour ?

J’ai beaucoup aimé la technique du masque sur tampon. Certes, cela m’a obligé à me rabattre sur un tampon plus simple que mon choix initial, mais cela donne vraiment l’impression que l’image appartient au fond de carte, le résultat est bluffant. Mieux que ce à quoi je m’attendais.

Pas facile de sortir de sa zone de confort, mais on est toujours d’autant plus satisfait de soi quand ça fonctionne. Je ne vais pas dire que j’adore tous les rendus, mais il n’y en a aucun que je n’aime pas. La douceur du rose et bleu turquoise de la première carte me parle beaucoup, c’est probablement ma préférée, alors que le combo rose / bleu n’est pas mon choix de prédilection. Même celles avec le orange, qui est une couleur que je n’aime pas beaucoup, ont leur charme.

Le petit point qui me gêne : je n’ai pas réussi à lier mes éléments entre eux, ça fait “posé côte à côte”. J’ai encore quelques jours pour réfléchir à ajouter un petit truc qui ferait le lien.

Carterie ♦ Fée et feu d’artifice – Réalisation en vidéo

Toujours inspirée par ce joli tampon Feu d’artifice, et ayant besoin d’une carte d’anniversaire, je me suis lancée une nouvelle fois à l’aveugle, sans tuto ou modèle déniché sur la toile. C’est l’exercice le plus difficile pour moi. Créer à partir de rien est toujours une épreuve, dont je ne sors pas toujours victorieuse d’ailleurs. Il y a quelques mois, Manuela Jamet, lors d’un crop, avait eu la gentillesse de nous offrir un très joli tampon, Magicienne des couleurs, que j’avais envie de coloriser et de mettre en scène. J’ai assemblé les deux sur cette carte d’anniversaire.

La réalisation

Les techniques

Le fond de carte est fait par récupération d’encre Distress et eau sur le tapis de travail en appliquant le papier sur l’encre, de ci delà, jusqu’à avoir quelque chose qui me convienne. La première carte a été faite avec de la Distress Broken china et la Peacock feathers. La deuxième utilise la Distress Fadded jeans (plus sombre) avec seulement quelques touches de Peacock feathers (je voulais obtenir un fond plus “nuit”).

Ensuite, les étoiles ont été ajoutées au pochoir. La première avec de l’encre Distress classique (mêmes couleurs), mais sur la deuxième j’ai préféré utiliser la version Distress Oxide pour les matifier.

Sur ce fond, j’ai tamponné le feu d’artifice (100% Toutencolle) avec des encres que j’avais (Versafine, Versafine Clair et Colorbox).

La magicienne (set Magicienne des couleurs, L’encre & l’image) est colorisée aux feutres à alcool Promarkers (les mêmes nuances pour les deux cartes). Le tamponnage est donc fait à la Memento Tuxedo noir.

Le tampon Joyeux anniversaire (set Nos folles années, création exclusive Manuela Jamet pour Ithylia Créations) est tamponné à la Versafine et embossé à chaud avec une poudre pailleté transparente Izink.

L’assemblage

Pour la première version, la mise en scène est minimale : le tamponnage de la Magicienne est simplement collé sur le fond de carte. Les autres sont directement sur le fond de carte.

Pour la seconde carte, j’ai voulu mieux lier entre eux les différents éléments et assurer une continuité entre eux : j’ai intercalé une découpe de calque entre le fond et la magicienne et j’ai ajouté un ruban pour cacher le cou qui donnait l’impression d’une tête tranchée déposée là.

Les finitions

C’est une carte d’anniversaire, avec des feux d’artifice et une magicienne. Alors autant se lâcher sur le brillant et les paillettes ! J’ai mis des touches de Glossy accent sur les feux d’artifice (les trainées de feu et les boules), et des touches de paillettes au pinceau Spectrum noir sur la magicienne (les joues, le haut du chapeau, et – hélas – la bouche).

Petit auto-retour ?

Les auto-critiques ne sont pas des formes apitoiement ou d’appel à “brosse à reluire”… Ce n’est pas une perche tendue aux “Si si ! Elle est super !” Pas du tout. Les auto-critiques, ou retour sur son travail, sont là pour nous faire avancer, pour nous améliorer. Pour éviter la prochaine fois de refaire les mêmes erreurs.

Entre la première version et la deuxième version, j’ai voulu une mise en scène plus liée, moins plaquée. Je pense que c’était le bon parti, mais que la mise en oeuvre n’était pas la meilleure. J’aime bien l’idée du calque, que je garderai. En revanche, je crois que j’hésiterai moins à faire une découpe “non symétrique”, en coupant droit un des côtés de l’ovale, pour coller à la ligne du fond de carte (je n’ai pas osé). La magicienne serait plus centrée sur le calque, mais plus à droite de la mise en scène, laissant ainsi plus de place au reste.

À garder en tête que la nuance R666 (le rouge vif) des Promarker bave avec le pinceau Spectrum noir. Étrangement, pas avoir les autres nuances que j’ai utilisées (aucun souci sur le violet du chapeau par exemple). Le résultat est vraiment vilain. On dirait que ma magicienne a dormi sans se démaquiller…

Je garderai l’idée du ruban pour éviter que la magicienne ai la tête tranchée. Peut-être pas agencé comme je l’ai fait. Ce qui m’a bloqué pour ce ruban, c’est que j’aurai aimé un joli noeud pour le finir, mais qu’alors je n’arrivais pas placer mon tampon “Joyeux anniversaire”.

Ce qui m’amène à ma dernière auto-critique : on oublie le tamponnage à cheval sur 2 matières très différentes comme le sont le papier et le calque. Ou au pire, j’utilise autre chose que de la Versafine (comme la Stazon), mais je ne suis pas sure que cela soit suffisant et que le rendu entre les 2 matières soit uniforme. Peut-être que le décalage plus à droite de l’ovale serait suffisant pour laisser la place au tampon ; ou alors, le placer ailleurs. Dans mes essais, j’ai essayé de le mettre sur une petite étiquette ovale (même découpe que le calque), pour qu’il soit en relief posé sur le ruban. J’ai essayé avec plusieurs papiers : le même que le fond, le même que le fond de la première carte (dont j’avais des chutes) et un papier blanc. La forme ne m’allait pas, la couleur non plus… Cela ressortait trop, on ne voyait que cette étiquette. Peut-être un papier métallisé ? une étiquette fanion ? Bref, je ne sais pas.

La réalisation en vidéo

J’ai filmé la réalisation entière de la deuxième carte (bon, j’avais aussi filmé la première, mais les diverses interruptions familiales ont fini par me faire oublier de rapuyer sur le bouton “Start” sur la fin de la carte…). L’ensemble est accéléré x2 (temps de réalisation réelle : 2h), et même x4 pour la colorisation et quelques étapes un peu longue. Même comme ça, la vidéo reste longue, trop , j’en suis consciente. Il faut que j’apprenne à plus élaguer.

Shaker card - Feu d'artifice - version 2

Carterie ♦ Shaker card “Feu d’artifice” – version 2

Toujours dans mon exploration des shaker cards, j’avais envie d’essayer une structure « interne », cachée derrière le fond de carte. Alors, après la première version d’une shaker card avec la boite en extérieur, toujours dans le thème « Feu d’artifice », je suis repartie sur une autre version, en gardant les mêmes bases.

Je ne possède que 3 pigments Brushos différents. Je n’arrive pas à obtenir un résultat satisfaisant avec l’un d’eux, le Lime green, sensé être vert, mais dont je n’obtiens que les pigments jaunes de la poudre. Il ne me restait plus que le violet pour faire une version différente du bleu de la première.

Cette deuxième version de la shaker card

Matériel :

  • Base de carte : Pollen 210 g ivoire – Clairefontaine
  • Fond de carte : Neenah aquarelle – Crafter’s companion
  • Chute pour le tamponnage : DCP 160g – Clairefontaine
  • Pigments : Brushos Violet et une touche de Turquoise – Colour craft
  • Encres : Versafine Clair Brise chaude et Green oasis – Tsukineko ; Prima chalk Ladybug
  • Crystal drops : Copper penny, Antique rose, Raspberry pink, Neptune
  • Glossy accent – Ranger
  • Mini-sequins et micro-billes
  • Embellissements bois « Joyeux anniversaire » et « coeur » – 100% Toutencolle
  • Tampon mousse « Feu d’artifice » – 100% Toutencolle

Temps de réalisation : environ 1 h (avec séchage artificiel au pistolet chauffant)

Et comme pour la première…

… la réalisation complète en vidéo

Les deux versions me plaisent. Mais je me demande si cela ne donnerait pas mieux avec les embellissements bois plutôt sur la première version avec la box en relief, et l’étiquette « Joyeux anniversaire » plutôt sur la deuxième, avec moins d’épaisseur pour la poser avec la mousse 3D, puisqu’elle a moins de relief.

Shaker card - Feu d'artifice - version 1

Carterie ♦ Shaker card “Feu d’artifice” – version 1

C’est Laeti Sia, pour Toutencolle, dans son Tuto #59 ♦ 2 cartes de Noël, qui m’a inspirée cette carte. Cela faisait un petit moment que je voulais me confronter à une shaker card (carte à secouer). Je souhaitais partir sur un thème “Anniversaire”, déclinable au masculin comme au féminin, et pour ça, j’avais envie d’un tampon “feu d’artifice” en fond de shaker box. Quelques petites recherches plus tard, plutôt infructueuses, c’est Noëlle, toujours de Toutencolle, qui m’a proposée de concevoir un tampon mousse 100% Toutencolle.

Commande prise. Et quelques semaines plus tard… voilà ce que cela donne :

Une première version de cette shaker card

Shaker card - Feu d'artifice - version 1

Le tampon “Feu d’artifice”, j’en sui vraiment fan. C’est exactement ce que j’avais en tête quand j’ai fait mes recherches. Il donne un très joli résultat, très fin. On pourrait le préférer plus gros (en gros, il fait 4 x 4 cm), mais pour ce que je voulais faire, c’était exactement la bonne taille. Merci Noëlle !

Matériel :

  • Base de carte : Linen cardstock métallisé blanc – Action
  • Fond de carte : Neenah aquarelle – Crafter’s companion
  • Chute pour le tamponnage : DCP 160g – Clairefontaine
  • Matage du fond de carte : Linen cardstock métallisé bronze – Action
  • Pigments : Brushos Turquoise – Colour craft ; Distress Ink Fadded jeans et Peachock feathers
  • Encres : Versafine Majestic blue – Tsukineko ; Dye Izink Océan – Aladine, ColorBox bronze
  • Mini-sequins et micro-billes

Outils particuliers :

Temps de réalisation : environ 2h

Et la réalisation complète en vidéo de la shaker card

Il y aura une deuxième version, avec également la réalisation complète en vidéo, de cette shaker card. Revenez faire un tour par ici dans quelques jours…

Série de cartes de voeux… en série

Pour la première fois, je me suis lancée pendant les vacances de Noël à la réalisation de quelques cartes de voeux. Plutôt novice en la matière, et manquant totalement d’inspiration, j’ai fouillé Youtube pour trouver des modèles qui me plaisaient, et que je pouvais réaliser facilement en plusieurs exemplaires. D’abord pour pouvoir systématiquement en conserver un exemplaire, comme banque de données / inspiration / modèle, mais aussi parce qu’au final on gagne du temps  à en faire 3 / 4. C’est plus long sur le moment, mais comme on réalise les éléments en série, c’est plus efficace.

Cartes de voeux en série

La première carte de voeux à gauche est un modèle Stampin’Up, Village de Bethléem, présenté par Nancy Gauthier. C’est un modèle uniquement en découpe par matrices de découpe : une base de carte ; un fond bleu nuit, avec des découpes étoiles en creux avec un papier doré collé sur l’arrière ; et deux découpes identiques d’une pente d’un village sous la neige. Quelques points de stickles argentés terminent le ciel étoilé. Ultra simple à faire, la seule difficulté réside dans l’assemblage des plans de paysage les uns par rapport aux autres. J’ai réalisé cette carte en format portrait et en format paysage.

Cartes de voeux en sérieLa seconde carte de voeux en haut est un modèle de Nelvea Chan, carte n°5 2017. En particulier, je voulais expérimenter mes Distress Oxide, cadeau de Noël d’Anyssa. Donc d’abord un tamponnage de flocons avec de la Versamark et un embossage à chaud avec de la poudre transparente pailletée. Puis une colorisation aux Distress Oxide pour laisser apparaitre les tamponnages. Des flocons découpés à la matrice de découpe collés deci-delà. Une étiquette avec le sentiment tamponné à la Versafine et embossé à chaud avec la même poudre pailletée. Au lieu du ruban, j’ai utilisé du fil à broder métallique.

Cartes de voeux en série

La troisième carte de voeux en bas est un modèle présenté par Vouchka dans sa série de 2017. C’est probablement le modèle qui m’a pris le plus de temps. Mais dont j’ai assez d’éléments en stock pour faire encore une série d’au moins 10 cartes. J’ai choisi en effet de réaliser les découpes avec ma Silhouette Cameo, et j’ai donc optimisé la place disponible sur les papiers utilisés. C’est peut-êter aussi la carte pour lequel je me suis le plus éloigné du modèle (tout est relatif…) : j’ai choisi de faire 3 boules suspendues plutôt que 2, je trouvais que ça équilibrait plus la carte. J’ai aussi fignolé les boules en préparant un élément supplémentaire, l’accroche de chaque boule. Le fil métallisé utilisé pour les « suspendre » (le même que pour la carte 2) m’a également fait grincer des dents puisqu’il a fallu que je le tresse et le torsade sinon il était impossible à accrocher. Le sentiment a été embossé à chaud avec une poudre métallisée dorée.

Cartes de voeux en série

Enfin, la quatrième carte de voeux à droite est aussi un modèle Stampin’Up, StarBust, présenté par Évasions Créatives. C’est le modèle qui m’a le plus fait chercher et réfléchir puisque je voulais absolument un format “européen” (moitié de A5) alors que le modèle original est au format américain. Il a fallu plusieurs prototypes et plusieurs dessins sur Silhouette studio pour trouver des mesures convenables. Je ne suis pas sure d’avoir trouvé les meilleures proportions possible, j’ai beaucoup de pertes à la découpe des triangles rectangle, mais au moins cela fonctionne. Dans la version proposée par Évasions Créatives, on utilise 2 papiers imprimés coordonnées, comme je ne trouvais aucun duo de papier qui me plaisait dans mes affaires, j’ai pris l’option de le créer moi-même : fond aux Distress Oxide et surcouche avec un pochoir étoiles. Les rectangles sont coupés manuellement et les disques à la matrice de découpe. Sur la photo que je vous présente, il n’y a pas de sentiment puisqu’il s’agit de mon dernier exemplaire (le fameux exemplaire de sauvegarde), mais sinon j’ai réalisé une carte “Meilleurs voeux” et une carte “Merci”. Cette carte est facile à réaliser en série : quitte à faire un fond de carte avec de l’encre, autant faire une page A4 entière en une seule fois (enfin 2 feuilles puisqu’il faut 2 fonds différents), ça ne prend pas plus de temps, et ensuite pour une seule carte, on a juste besoin de 2 bandes de 3 cm de large. ça laisse de quoi faire quelques cates…

Cartes de voeux en série